intérieur ancien

Les avantages de l'achat en nue-propriété dans l'ancien

Pas de promoteur, pas de bailleur social
Si vous hésitez entre un investissement en nue-propriété dans le neuf ou dans l’ancien, voici plusieurs raisons de choisir la nue-propriété dans l’ancien.

L’achat en nue-propriété dans l’ancien, un modèle différent

Les montages en nue-propriété dans le neuf sont différents de ce que vous propose Monetivia pour l'achat en nue-propriété dans l’ancien car ils répondent avant tout à une logique de production de logements sociaux initiée par un promoteur et une collectivité locale.

Les promoteurs doivent, en effet, se conformer aux exigences de la loi en matière de production de logements à loyer modéré. En vendant la nue-propriété de biens neufs à des investisseurs privés d’un côté, et l’usufruit à des bailleurs sociaux de l’autre, ils se garantissent un chiffre d’affaires supérieur par rapport à une alternative consistant à vendre la pleine propriété de ces logements à des bailleurs sociaux. Le prix payé par l’investisseur en nue-propriété répond de ce fait à une logique de coûts de production auxquels s’ajoute la marge que veut faire le promoteur.

À l’inverse, l’immobilier ancien est avant tout vendu par des propriétaires particuliers et non pas par des professionnels.

En résumé
En investissant en nue-propriété dans le neuf, vous participez à l’économie du logement social et votre contrepartie est un promoteur.
En investissant en nue-propriété dans l’ancien, vous achetez le bien d’un particulier.

Investir en nue-propriété dans l’ancien : pas de surcote

Lors d'un achat en nue-propriété dans l'ancien, il n'y a pas de surcote contrairement au neuf. Le plus souvent la surcote du neuf est justifiée par le fait de bénéficier du confort dernier cri, d'un plan optimisé, et des dernières normes de construction.

Cet argument peut s’entendre quand on va habiter soi-même le bien … mais il prend du plomb dans l’aile quand on investit en nue-propriété et que par construction, on ne va pas jouir du bien pendant une longue période.

Car le problème du neuf, c’est qu’il ne le sera que très peu de temps. De fait l’immobilier, c'est un peu comme une voiture. L'habitation se vend au prix fort à l'achat puis en général, dès les premières années, si le marché immobilier est stable, sa cote va perdre de sa valeur du fait de son passage inéluctable dans la catégorie des logements dits « anciens ».

En résumé : il est plus logique d’investir en nue-propriété dans l’ancien que dans le neuf.

Une palette de choix plus large en termes de décote et de durée de démembrement

L’investissement en nue-propriété dans l’ancien se fait de gré à gré avec des propriétaires individuels. Il permet de ce fait d’avoir accès à une palette plus large de durées de démembrement – et partant de là de décotes – que dans le neuf.

En effet, en général, les communes veulent produire du logement social pour une durée longue et les durées de démembrement sont donc généralement comprises entre 15 et 20 ans. Avec Monetivia, vous pouvez sélectionner une durée comprise entre 8 et 25 ans, en fonction de votre horizon de placement.

durée de démembrement comparée neuf ancien

Un modèle simple : un vendeur, un investisseur

Avec Monetivia, le processus d'achat en nue-propriété dans l'ancien est simplifié : le vendeur, l’usufruitier et l’occupant sont la même personne alors qu’en investissant en nue-propriété dans le neuf vous avez affaire à trois personnes différentes : un promoteur (le vendeur de la nue-propriété), un bailleur social (l’usufruitier) et un locataire (c’est l’occupant du bien). Est-ce un problème d’avoir affaire à trois personnes au lieu d’une ? Nous pensons que cela crée un risque supplémentaire sur la libération des lieux à la fin de l’usufruit étant donné que celui qui s’engage à libérer les lieux à la fin de l’usufruit (le bailleur) n’est pas celui qui va les occuper (le locataire) !